La seule solution pour arracher notre pays des griffes de prédateurs et récupérer ainsi notre souveraineté, demeure, plus que jamais, le déclenchement d’une révolution populaire triomphante

Il urge de neutraliser le gouvernement illégitime issu de l’abjecte collaboration qu’incarne Felix Tshilombo et tous ses alliés de la kabilie

Plus que COVID 19 !

Dans l'inconstance maladive des pseudos leaders de la Résistance congolaise, l'opinion publique ne peut qu'être perturbée. Qui suivre aujourd'hui ? Les tout récents alliés de Tshilombo appellent-ils à l'Union-sacrée avec le dealeur usurpateur pour sauver la Patrie ou pour espérer obtenir aussi leur place à la mangeoire ? Jamais vu au monde, jamais trouvé dans l'Histoire de l'humanité un peuple aussi stupide, si vile, si affligeant !

Trop c'est trop, Coronavirus ou pas, la Libération doit commencer aujourd'hui !

L’heure de la Libération du Congo a sonné !

La Libération d’un peuple, d’un pays, est un processus ; avant d’en être l’issue et le résultat. Pour réussir ce processus, il faut savoir, à un moment donné, quitter de simples slogans, sortir des discours lénifiants, pour amorcer concrètement et résolument ce processus. Mais, le secret du succès de Libération repose aussi sur la lucidité dans le choix des actes à poser dans un contexte donné. Face à ce Congo empêtré dans diverses crises profondes, confronté à l’illégitimité et secoué par l’anarchie de la gouvernance au quotidien, par quel acte symbolique lancer, enfin, ce processus de Libération ; qui n’a que trop pataugé dans des combinaisons excitantes certes, mais sans lendemain, dans des aphorismes distrayants, dans des harangues creuses et dans de longues remontrances à répétition des pseudos savants, dans des scénarios alibis des divertisseurs impénitents. En lançant aujourd’hui, malgré le contexte anxiogène de la crise au Coronavirus, son vibrant Appel à la mobilisation générale en vue de la Libération immédiate du Congo, le Conseil National de la Résistance Congolaise (CNRC) semble indiquer que les heures sombres de la distraction sont désormais à comptabiliser dans un passé mort. Tranchant de manière résolument déterminée avec les tâtonnements répétitifs du passé, le CNRC semble annoncer qu’il a dorénavant une recette pour décrocher, enfin, cette Libération tant désirée, rêvée, fantasmée et prospectée par les patriotes congolais. Concrètement, que nous propose le CNRC pour amorcer sérieusement le processus de la Libération du Congo ? Ceux qui suivront, ici, jusqu’au bout le Cordon Paul Kahumbu Ntumba ainsi que le Porte-parole du CNRC, Mohamed Mboyo Ey’ekula, sauront ce qui s’est mûrement mijoté derrière les façades et semble prêt à être servi en prélude d’un festin ; qui s’annonce, au minimum, savoureux.

Il est temps…

 

Halte à la distraction…il est temps !

Notre peuple ne doit pas se laisser distraire par le feuilleton Kamerhe et les atermoiements autour du chapitre congolais du Coronavirus. La vigilance doit être accrue !

 

Congolais et congolaises, pendant qu'à Kinshasa, la marionnette Tshilombo se débat comme le diable dans un bénitier pour donner l'impression qu’il dirige, le pays connaît de sérieuses menaces et se fissure.

 

A Nyiragongo, les troupes rwandaises, qui sont entrées de nouveau sur notre territoire avec la complicité tacite des pseudos autorités, se sont positionnées et avancent vers Goma. Mais, avant cela, la Zambie a vilolé notre territoire et fait flotter son drapeau sur un pan de notre sol dans le Tanganyika.

 

Face à ces réels dangers, le Conseil National de la Résistance Congolaise, CNRC, exhorte à la détermination et à la vigilance. Paul Kahumbu, son Coordonateur Général s’est fait violence. « Mettons-nous en ordre de bataille », a-t-il clamé et fort.

 

Avant cette déclamation, le Président élu, Martin Fayulu, a invité ses concitoyens à se mobiliser pour faire bouger les lignes. « Après le Coronavirus ne sera pas comme avant le Coronavirus », a-t-il martelé.

 

Oui, il est temps ! Il est temps de se déterminer pour que le mauvais présent, que vit notre peuple, connaisse enfin son terme. Il est temps de mettre un terme à la barbarie, à l’incurie et à l’assujetissement. Il est temps de nous défaire de l’Occupation.

 

La Résistance véritable appelle le peuple à relever le défi de la Liberation. Les occupants doivent être neutralisés ainsi que les institutions à leur solde ; notamment le président pétainiste de fait Félix Tshilombo, un traître notoire.

 

Congolais et Congolaises, le temps est arrivé de répondre à l’appel au devoir envers la Patrie. Prenons tous le chemin du front. Sauvons notre pays !

 

Que Dieu guide notre combat !

 

Mohamed Mboyo Ey’ekula

Porte-Parole CNRC

 

 

 

 

Préparons-nous à récupérer notre souveraineté !

Appel du Conseil National de la Résistance, à toutes les Forces Populaires pour se ranger en ordre de bataille contre les Occupants

Vaillant Peuple Congolais,
Camarades Résistants et résistantes Combattants et combattantes,

En ce moment difficile qui nous place, devant la dure épreuve du Coronavirus, nous mesurons la gravité de cette pandémie qui a endeuillé une vingtaine des familles congolaises!

A ceux de nos concitoyens qui sont durement éprouvés, le CNRC adresse un message de sympathie et de solidarité.
A ceux qui sont testés positifs, nous prions Dieu Tout Puissant d’accorder un prompt rétablissement à chacun.

Chers Compatriotes,

Le CNRC, émanation du combat du peuple congolais pour la dignité et l'indépendance, n’a de cesse de tirer la sonnette d’alarme pour rappeler que notre pays est depuis plus de deux décennies en guerre permanente ; guerre qui nous est imposée par le Rwanda, l’Ouganda et, dans une certaine mesure, le Burundi afin de piller nos richesses et provoquer la balkanisation du grand Congo avec, en toile de fond , le plan d’extermination des congolais en tant que peuple Ntu historique !.

Et, comme si cela ne suffisait pas, le Coronavirus, pandémie terrifiante qui ébranle actuellement le monde, est venu s’y greffer.

Le CNRC observe cependant que les mesures de confinement édictées par les autorités de fait accusent plusieurs failles et ne rassurent pas. Mais, plus, l’absence d’un plan d’accompagnement efficace et cohérent, répondant à nos réalités spécifiques, notamment la paupérisation de nos populations, fait cruellement défaut !

Il convient de souligner que ces mesures coercitives de confinement opposables à tous les pays du monde, semble étonnement ne pas concerner les pays agresseurs du Congo, notamment le Rwanda, l’Ouganda.

A titre illustratif, en ce moment de grandes crises sanitaires mondiale, le Rwanda de Paul Kagamé s’est permis indûment de violer nos frontières du Nord Kivu, où son
armée vient de prendre position dans le territoire de Rutshuru; sans doute, pour consolider le dispositif militaire d’occupation sur nos terres dont ce petit pays a toujours convoité avec une obsession pour le moins débordante.

Aussi, malgré l’ordre de fermer les frontières donné par Félix Tshilombo, des avions de la compagnie “Rwanda Air, atterrissent librement à N’djili et à Luano, débarquant plusieurs personnes et des caisses des matériels suspects.

Dans le Haut Lomami, les paysans du territoire de Kongolo signalent des vagues d’individus de type Nilotique, conduisant à pieds plusieurs têtes de vaches bovines en direction du Kasaï Oriental, sans aucune réaction des autorités locales. Deux ans en arrière nous avons assisté hagards au même spectacle dans le Kwilu et le Kwango, sans que les mêmes autorités ne pipent mot !

Pas plus tard que la semaine qui vient de s’écouler, à Djugu, une milice d’obédience ougandaise a massacré des congolais et les têtes coupées des victimes dégoulinant de sang ont été exhibées comme des trophées devant une population plus qu’horrifiée !

Faut-il donc rappeler qu’à l’instar des massacres récurrents de nos populations dans le grand Kivu, plusieurs villages du Haut-Congo sont massivement été envahis par les étrangers Mbororo. A l’Ouest le territoire de Kahemba, est toujours occupé par l’Angola et le même Angola continue de pomper impunément notre pétrole de Mwanda. Et, comme si cela n'était pas assez, la Zambie, qui lorgnait notre pays, vient à son tour d’entrer en scène en hissant son drapeau sur un pan de notre territoire dans la province de Tanganyika, province gouvernée par l’imposteur Zoe Kabila.

Chers Compatriotes

Notre pays va mal, très mal!
Le peuple Congolais et les institutions représentatives sont pris en otages par le système d’occupation qui se sert des traîtres, et des collabos à l’image de Félix Tshilombo, président nommé par la kabilie sous la caution de Paul Kagamé et Yoweri Museveni.

Ainsi, malgré les humiliations insupportables de l’occupation tutsie que nous subissons chaque jour que Dieu fait, et l'éprouvante péripétie que constitue la pandémie du Covid-19, le pouvoir corrompu de Kinshasa s’emploie à distraire les congolais en leurs offrant un spectacle insipide dominé par une kyrielle d’arrestations liées aux détournements des fonds alloués au programme de 100 jours de Félix Tshilombo au nom de l’ Etat factice des droits.

L'arrestation de Vital Kamerhe sujet d’origine hutu burundais, fourbe, roublard, rompu dans des pratiques mafieuses -son portrait dans wikileaks est illustratif ne doit pas distraire les congolais au moment où nous nous trouvons devant deux menaces majeures de mort à savoir l’occupation tutsie et la pandémie du coronavirus.

L’allure avec laquelle la république à démocratiser du Congo est gérée par une classe politique toxique plonge notre pays, ce don béni de Dieu, dans l’inconnu et si nous ne prenons pas garde, notre survie risque d’en dépendre!

Aussi, la seule solution pour arracher notre pays des griffes de prédateurs et récupérer ainsi notre souveraineté, demeure, plus que jamais, le déclenchement d’une révolution populaire triomphante, laquelle ne saurait plus tarder au vu du pourrissement avancé de la crise multiforme que nous vivons.

C’est ici, le moment de saluer, le message à la nation du mercredi de Martin Fayulu président élu, dont je cite un passage :“Après le Coronavirus ,rien ne sera plus comme avant, préparons nous à récupérer notre souveraineté” ! ) Fin de citation.

C’est pourquoi, le CNRC lance un appel pressent pour le rassemblement de toutes les forces populaires, afin de mettre tout en œuvre :

1. Pour donner une impulsion particulière au combat de libération qui passe par la neutralisation des hordes de l’armée extrémiste et génocidaire rwandaise qui squattent notre territoire et dont la présence a causé plus la mort de plus de 12 millions de victimes congolaises

2. La neutralisation du gouvernement illégitime issu de l’abjecte collaboration qu’incarne Felix Tshilombo et tous ses alliés de la kabilie.

3. Rassembler des personnalités phares de la diaspora et de l’intérieur du pays pour la constitution d'un gouvernement intérimaire de libération nationale afin de préparer urgemment la tenue de vraies élections, de démocratiser les institutions républicaine et de sécuriser l’ensemble du territoire national.

Vaillant peuple congolais, l’heure a sonné pour briser les chaînes de l’occupation. Dieu Tout Puissant, Maître du temps et des circonstances, est avec nous, Ingeta !

Fait à Lausanne, le 18 avril 2020

POUR LE CNRC

MOHAMED MBOYO EY'EKULA
Porte-Parole

PAUL KAHUMBU NTUMBA
Coordonnateur Général