Fierté mal placée et abracadabrantesque plaidoyer de Nbganda en faveur de Tshilombo

Qui s'imagine, pendant la Résistance, le Général Charles de Gaulle saluer le travail de Philippe Pétain ou appeler à l'union de circonstances, quel que soit l'autre danger en présence, avec les collabos ? Toujours est-il que pendant l'Occupation profite de la crise au Coronavirus pour avancer leurs agendas. Des surprises, dans quelques jours, risquent de faire déchanter des illusionnistes enclins à chercher des postes auprès de Tshilombo.

Pourquoi Thambwe Mwamba est-il déterminé à tenir le Congrès ?

Honoré Ngbanda s’est-il exalté trop vite ?

Quelle lecture faire de la dernière sortie médiatique, ci-dessus, du Président de l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo (APARECO) ? Au moment où les autres, ici et là, se projettent déjà stratégiquement dans l’après-Coronavirus, Ngbanda s’exalte, à l’instar des autres quémandeurs de poste, le pseudo journaliste Christian Bosembe et l’affligeant opportuniste Franck Diongo en tête, perfidement encore de ses rapprochements avec les dealeurs, traîtres et collabos prétendument au pouvoir… Mais, sûrs de leurs faits, les Présidents de deux chambres parlementaires, Jeannine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, confirmant leur détermination au maintien de la tenue du Congrès et accusant Tshilombo d’avoir violé intentionnellement la Constitution, ils sèment une panique générale dans le camp du « placebo » et désillusionnent les collabos masqués. Quels sont les enjeux ? Contrairement aux prétendus leaders de la Résistance, les fins stratèges de l’Occupation semblent déterminés à mettre à contribution la crise au Coronavirus pour rebattre et redistribuer les cartes. C’est l’objectif et la mission impartis à la crise institutionnelle ; qui se dessine autour de la tenue ou non du Congrès. Le bal de chauves semble sur le point de son dénouement…