Le Député Mike Mukebayi est-il en danger ?

...en plus de déni de justice flagrant dont il fait l’objet, le Député Mike Mukebayi est par ailleurs victime des exactions répétitives et sévices alarmants...

Groupe Rossy mobilise à l'international sur le cas Mike Mukebayi

Cas Mukebayi soumis à l’observatoire du Haut-commissariat de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) aux Droits de l’Homme (HCDH)

Mobilisé à plus de quatre-vingt pourcents derrière l’élu de Kinshasa-Linguala, le peuple exige qu’il réponde, comme tout autre citoyen, de ses infractions ; s’il en a commises. Qu’il bénéficie tout simplement d’un traitement équitable ! Or, célèbre parce qu’il a démontré des qualités exceptionnelles de journaliste, il a encore accru son aura par des aptitudes également éblouissantes à jouer son nouveau rôle de député. C’est pourquoi tout le monde, en commençant par lui-même, est curieux et impatient de connaître ce qui lui est reproché. Mais, hélas, le voilà précipitamment jeté en prison, indécemment dépouillé de ses immunités et arbitrairement privé de ses indemnités de fonction ! Jusqu’où l’iniquité va-t-elle le frapper encore ?

Dans la quête de la Reconnaissance officielle et universelle du Génocide des Congolais et à la Conférence inaugurale, tenue du 2 au 3 novembre 2019, à Nuremberg (Allemagne), le « Groupe Rossy » avait pris la ferme résolution de tout entreprendre et d’interpeller tous ceux qui lui seraient accessibles en vue d’engager et de maintenir, au plus haut possible, le débat et la mobilisation autour de cette visée. Logiquement, et cela va de soi compte tenu de sa mission, le HCDH occupait une place prioritaire dans le viseur du Groupe. C’est ainsi que dans la foulée de sortie des Assises de Nuremberg, un Mémorandum, s’appuyant sur la Déclaration correspondante, a été directement adressé à la Haut-Commissaire elle-même. Invitée pour en parler de vives voix à ce haut niveau et au siège même de cette principale agence spécialisée de l'ONU, la délégation congolaise, se présentant comme l’émanation légitime de ce peuple meurtri et privé, sous le joug de l’Occupation rwandaise, d’institutions officielles pour le représenter et le défendre, a saisi cette occasion pour alerter et inviter le HCDH à intervenir de toute urgence sur la situation inquiétante d’un journaliste de renom et célébrissime député mis brutalement, et de manière rocambolesque, en prison depuis plus de trois mois sans procès. La délégation congolaise s’est largement appesantie sur ses inquiétudes ; car, en plus de déni de justice flagrant dont il fait l’objet, le Député Mike Mukebayi est par ailleurs victime des exactions répétitives et sévices alarmants.

Les prisons congolaises jouissant d’une solide réputation de mouroirs, la détention préventive, anormalement et illégalement prolongée du très célèbre élu du peuple ne s’annonce pas sous les plus rassurants des auspices. Aussi, le « Groupe Rossy » qui, en plus de ses dénonciations de vives voix à l’audience, a laissé un document additionnel interpellant en termes forts Madame Michelle Bachelet, n’entend pas s’arrêter là. Des actions analogues sont déjà en cours auprès de l’Union Parlementaire Africaine (UPA), de l’Union Interparlementaire(UIP), de la Cour internationale de justice (CIJ), de la Cour pénale internationale (CPI) etc… Le Tutsi-Power, principal auteur du Génocide des Congolais, ne s’y emploie pas que par des armes. Indéfiniment perfide, il ne cesse de multiplier des subterfuges pour exterminer le plus des Congolais ; et les plus indirects, souvent également les plus cruels, sont machiavéliquement destinés à punir davantage ceux qui démontrent des velléités d’obstruer son processus ou d’obturer son chemin. Certes, l’audience du vendredi 10 janvier 2020 au siège du HCDH, à Genève, a visé à convaincre des atteintes aux droits fondamentaux subies par le Député Mike Mukebayi et des dangers imminents encourus par ce dernier ; mais la délégation s’est aussi appesantie sur d’autres sujets majeurs et urgents défrayant l’actualité. Un mot sur la teneur respective de ces autres priorités cernées !

De l’appui logistique à l’initiative d’une Conférence internationale sur le Congo !