Le Congo sous occupation peut-il compter sur les élections organisées par le pouvoir re-colonisateur pour se libérer ?

« Immersion et discernement » reçoit
l’Ambassadeur Stanislas Longo

 

Face à une actualité abondante, variée et complexe, le choix a été porté sur un personnage jeune et haut en couleur pour la décrypter selon le prisme de ses connaissances et servir de fil rouge du débat.

 

Ancien Directeur à la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), agence de Paris, Stanislas Longo-Bingabe a récemment été élevé au rang d’Ambassadeur de la paix en Afrique centrale et dans la région des Grands Lacs. Le principal intervenant du jour est donc une jeune belle pointure montante, dont l’aura jouit d’une embellie croissante également au niveau international.

 

L’articulation thématique de l’émission a été recentrée sur deux thèmes principaux :

  • les ambiguïtés de la politique française sous Macron en RDC ;

  • l’actualité politique congolaise de l’heure, qui fait polémique :

faut-il aller aux élections dans le contexte d’un pays sous occupation et victime du génocide ?

dans ses conditions actuelles d’occupation et de génocide, quelle plus-value les élections apporteraient-elles à la situation du Congo ?

faut-il redouter des connivences intrigantes entre certains présidentiables congolais et le boucher des Congolais Paul Kagame en posture de suzerain à qui d’aucuns ne s’offusquent pas de faire allégeance ?

que faut-il entendre par la transition sans Kabila ? La kabilie n’est-elle pas un système plus complexe que le lugubre personnage de « Joseph Kabila » lui-même !

quelle voie, quels moyens et à quelles conditions envisager une transition sans Kabila ?

le débat sur la machine à voter, le dauphin de Kabila, la caducité ou pas de l’Accord de la Saint-Sylvestre n’est-il vain dès lors que l’on rejette le processus électoral dans les conditions actuelles ?

 

L’« Immersion et discernement » est une émission télévisée d’actualité produite par la Convention des Congolais de l’étranger, CCE en sigle. Son édition du 5 mai 2018 sera présentée et animée par Kerwin Mayizo (France), avec le soutien performeur d’un bataillon de journalistes chevronnés, compétents et issus de divers horizons :

  • Mme Miriam Bulo Sengi (Pays-Bas)

  • M. Alain-Tito Mabiala (Suisse)

  • M. Trésor Mpudi (Suisse)

 

Prise d’images & Réalisation :

IVP DEMAK 

 

Ouverte au public avec garantie d’intervenir pour poser des questions, commenter ou réagir aux propos sur le plateau, l’émission télévisée « Immersion et discernement » de la CCE aura lieu dans le cadre pittoresque de la banlieue genevoise où la CCE signifia à la CENCO la nullité de l’Accord de la Saint-Sylvestre et son rejet :

  • Samedi 5 mai 2018

  • à 20h00

  • au Best Western Hotel

Les champs-blancs CH - 1279 Chavannes-de-Bogis +41 22 960 81 81

 

 

Le but de cette émission est de démontrer comment et combien les élections dans le contexte d’occupation et de génocide, que vit actuellement le Congo, aggraveraient encore davantage la situation du pays et consolideraient le système de recolonisation et d’humiliation machiavéliquement mis en place par Paul Kagame. Il faut plutôt saisir le paroxysme en cours de la crise pour desserrer l’emprise du Tutsi-killers sur le Congo et les Congolais. Comment ? Par des voies, procédures et alternatives à même de permettre aux Congolais de se réapproprier les rênes de leur Patrie. Ici également, les alternatives sont légion. La CCE préconise le recours aux Etats-généraux pour réorganiser et réhabiliter la Société civile congolaise dans le rôle instaurateur d’une transition technocratique et citoyenne ; en s’appuyant sur les leviers juridiques le droit international et l’ONU garantissent en pareilles circonstances. DUC IN ALTUM ! On peut dès lors compter sur les performances avérées des journalistes, choisis à dessein, pour pousser ce débat en profondeur par la pertinence et la justesse de leurs questions. Nous avons-là l’opportunité de faire une émission de référence ; à même d’éclairer opportunément l’opinion dans ce contexte d’errements. La CCE s’engage à promouvoir par tous les moyens et pendant longtemps la vidéo issue de cette émission. Celles et ceux, qui sont inspirés pour apporter des réponses originales aux questions de l’heure, ont-là une opportunité pour s’illustrer !