12. mai, 2017

L a CCE dénonce l'ivresse de pouvoir en RDC

Albert CIRIMWAMI-MALEKERA dénonce l’ivresse du pouvoir de Kabila

 

Kabila et les collabos ne tiennent nullement compte des souffrances du peuple

Albert CIRIMWAMI-MALEKERA dénonce l’ivresse du pouvoir de Kabila qui le pousse à violer l’Accord de la CENCO

Le Vice-Président de la Convention des Congolais de l’Etranger, Albert CIRIMWAMI-MALEKERA, a récemment dénoncé la croissance en RD Congo d’une dictature ferme et aveugle où on ne tient nullement compte de la paupérisation et de la souffrance du peuple comme du temps de MOBUTU.

Pour cet opposant congolais, le choix porté par KABILA sur la personne de Bruno TSHIBALA pour la formation d’un nouveau gouvernement d’union nationale est un non évènement et ne vise que la fragilisation de l’opposition surtout que cela ne répond aux exigences ni de l’opposition, ni de la communauté internationale et encore moins à celle de l’accord de la Saint- Sylvestre. Ivre de pouvoir, renchérit-il, KABILA marche même sur cet Accord qui, pourtant, lui donné encore le droit d’être à la tête du pays».


Selon lui, toutes les démarches entreprises par le pouvoir de Kinshasa n’ont pour objectif que gagner du temps et piéger non seulement l’opposition mais aussi le peuple congolais pour qu’arrivé à la fin de cette année, il trouve les moyens de justifier la non tenue des élections comme prévu dans ce plan.


Il serait donc temps, estime-il, de réunir toutes les énergies et tous les génies nécessaires afin de faire affront au plan de la majorité avec à leur tête Joseph KABILA et de les chasser au pouvoir de manière démocratique. Occasion pour lui d’inviter toute la diaspora congolaise à rejoindre la Convention des Congolais de l’Etranger, qui depuis décembre 2014 rassemble des personnes de nationalité ou d’origine congolaise dans le but, d’une part, d’élaborer des mécanismes d’une solidarité organisée en vue de réussir l’intégration dans les différents pays de résidence et la préservation des valeurs de l’identité congolaise partout où la diaspora congolaise est implantée, et, d’autre part, d’amener cette diaspora à construire les ponts d’une solidarité avec la RD Congo pour contribuer à son développement, à l’instar d’autres communautés comparables d’origine africaine, sud-américaine, asiatique ou même européenne.

L’union faisant la force, Albert CIRIMWAMI-MALEKERA estime que seule une mise en commun des forces vives et politiques de la diaspora permettra de lutter pour l’avènement d’un mieux-être en RD Congo.

Berckmans KITUMU