20. juil., 2015

Quête d’une subtile réponse politique au cycle de guerres économiques

Moins incisif sur les facteurs internes, Georges Alula cible les appétences et impérialismes extérieurs pour contourner le piège et le cercle vicieux de l’auto-flagellation. Pour lui, le Congo est miné par ses propres richesses naturelles dont la compétition à leur exploitation expose son peuple aux agressions et au génocide des vautours du monde. Pour stopper cette exposition aux invasions incessantes, M. Alula préconise la subtilité d’une réponse politique au cycle de guerres économiques. Une telle réponse réside alors dans l’émergence d’un nouveau leadership au sommet de l’Etat pour garantir et gérer avec compétence l’accès pacifique aux richesses naturelles que regorge le Congo. Pour avoir baigné dans des environnements socio-institutionnels appropriés et acquis des expériences professionnelles indéniables dans des domaines variés, la diaspora est aujourd’hui le meilleur atout pour apporter au Congo ce nouveau leadership à même d’asseoir la crédibilité dont le pays a besoin pour nouer des relations stables et prospérer. Mais, dans la diaspora ou ailleurs, le défi à relever reste le même : il passe par l’union et la cohésion sans lesquelles aucun regroupement congolais n’aura assez de légitimité, ni de crédit pour constituer une alternance probatoire.